Urgence pour les abeilles - agissez maintenant !

Petit mot pour une grande cause : les abeilles et tous les insectes pollinisateurs sont en train de disparaitre, principalement dans les zones  où il y a utilisation intensive de pesticides.
Certains intérêts d’état et le lobbying de quelques multinationales permettent l’utilisation de molécules qui accélèrent ce processus.
En France, une de ces autorisations abusives et dramatique pour les abeilles (le Cruiser) est actuellement jugée au conseil d’état, et devrait être annulée mais les pressions pour éviter cette annulation sont à la mesure des intérêts financiers qui sont derrière, la décision définitive devait être prise d’ici la mi-février.

En tant que simple citoyen nous avons une possibilité d’agir en signant et faisant circuler la pétition : Sauvez les abeilles – interdisez les pesticides

Merci pour les abeilles, les fleurs et tout ce qu’elles produisent sur notre devenue petite planète..

La Gelée Royale : différences de prix

Question :

Pourquoi tant de différences de prix pour la gelée royale et comment s’y retrouver ?

La production et la récolte de la gelée royale est très astreignante: c’est long, minutieux, quotidien ( pas de WE..etc), vous pouvez imaginer que les prix en chine ou ailleurs seront au + bas, même si officiellement en bio.
Mais la gelée royale c’est aussi une matière très sensible;  par exemple, les abeilles refusent d’élever des reines avec de la gelée royale congelée (alors qu’à l’analyse on ne voyait aucune différence avec une gelée non congelée), et quitte à faire une cure de gelée royale, il faut s’assurer au mieux de ses conditions de production même si au final le coût est plus élevé.
Dans mon cas je n’en produis plus, notamment parce qu’à la période de production (le printemps) je travaille déjà presque tout le temps pour les miellées de romarin, acacia et sapin (qui commence dés juin maintenant).
Mais nous proposons à la vente la Gelée Royale produite par une apicultrice, voisine de chez nous, en bio bien sûr et très respectueuse de ses abeilles. Nous pensons d’ailleurs faire une interview ce printemps pour faire connaître un peu plus cette production artisanale.

Traitement bio contre le Varroa

Un lecteur de notre blog nous a écrit :

Comment lutter contre le Varroa ?
Pour ma part j’ai arrêté de traiter depuis cinq ans.
Mais j’ai quelques soucis un peu moins depuis que je suis passé en plancher complètement ouvert.
Mais voilà je me pose la question suivante : nos abeilles finiront elles par lutter seul contre le Varroa ?
Pour ma part je m’efforce de garder des essaims très fort avant l’hivernage et je leur laisse une hausse de miel car ici en tarn et garonne il est de coutume de nourrir au sirop. Pour moi c’est bof – on a oublié que les abeilles mangent du miel a mon avis.
Merci de votre réponse et désolé pour ce long message.

Bonjour,
J’ai essayé beaucoup d’attitudes différentes / Varroa depuis son arrivée dans l’Aude en 1985 (ça ne me rajeunit pas..!) ; Je n’ai toujours pas de bonnes solutions, seulement des « pis-allé », ainsi que des planchers ouverts..etc.
Actuellement mon « pis-allé » c’est un des traitements bios : Apiguard (Thymol en gel) en septembre et un peu d’acide oxalique fin décembre si belles journées (pas sur les ruches faibles).
La seule intervention qui apparaît très efficace et sans aucun effet négatif sur la colonie, c’est lorsque je fais des séries d’essaims (bien populeux) : je fais là aussi un passage à l’acide oxalique après le début de ponte des jeunes reines qui viennent de se faire féconder mais avant que ce premier couvain ne soit operculé.
Je ne peux pas me permettre de ne pas intervenir / varroa, l’apiculture étant ma passion mais aussi mon seul revenu…et il y a pas mal d’autres apiculteurs dans le coin, on est responsable de ça aussi, même si ces « autres » sont eux-même parfois responsables d’autres dégâts (génétiques, reines ne vivant qu’un an ou deux, ..etc).
Laisser des provisions de miel est une bonne chose pour la colonie (surtout si elle est bien populeuse), mais ne change rien / développement du varroa.
Amitiés apicoles,
Jérôme Sarre.