Apiculture Bio : Suivi des ruches

2. Suivi et Traitement des ruches sans produits chimiques

Nous n’utilisons pas d’antibiotique ou autre produit chimique pour soigner nos abeilles, mais des produits proches de ce qu’on retrouve dans la nature et même dans le miel ( thymol, acide formique,..) et des actions « mécaniques » (transvasement d’une ruche avec changement des cadres,..).
Autre caractéristique de notre démarche d’apiculteur bio : nous laissons suffisamment de miel aux abeilles pour leur consommation hivernale (quand il n’y a plus de fleurs à butiner) et nous complétons cette nourriture avec des sirops proches de la composition du miel, extraits de plantes certifiées AB , quand cela s’avère absolument nécessaire, notamment quand l’hiver se révèle  long et  rigoureux.

4 réponses sur “Apiculture Bio : Suivi des ruches”

  1. Le thymol et l’acide oxalique utilisés en apiculture biologique sont bien des produits de synthèse. Ce sont bien des produits chimiques…

  2. D’accord avec vous : le thymol, l’acide oxalique, l’acide formique dont on parle sont fabriqués par l’homme, mais sur le modèle exact de molécules naturelles (qu’on retrouve notamment dans le miel), ce qui n’est pas le cas pour l’amitraze , le fluvalinate, (et d’autres bien pires) qui n’existent pas dans la nature et agissent autrement. C’est cet aspect là que nous présentons, par simplification, comme « produits chimiques »…il est vrai que c’est un peu caricatural, mais dans le fond, c’est ça que nous voulions dire.

  3. De quel manière utilisez vous l’acide oxalique?
    et quand vous dite l’utiliser sur les essaims au printemps (début de ponte de la nouvelles renne)vous ne prélevez pas de cadres de couvain fermer pour effectuer vos division, si oui il y a forcément du couvain operculé?

  4. Je l’utilise par « dégouttement », déposé sur les abeilles du haut des « inter-cadres » à raison de 5ml par inter-cadre d’une solution de 40g d’acide oxalique déshydraté dans un litre de sirop (50/50).
    Pas possible qu’il y ait du couvain operculé (car le couvain operculé est né entre-temps) quand:
    -L’essaim constitué a du élever sa propre reine (à partir de ses œufs, ou de greffons d’œufs introduits).
    -ou même quand j’introduis des cellules cellules royales prêtes à naître : 1à2 jours pour naître, + 10 au moins pour sortir puis se faire féconder puis commencer à pondre, + 9 pour que ces 1° œufs deviennent du couvain operculé, bref il y a plusieurs jours de « rab » pour traiter avant le couvain operculé.
    Mais attention d’attendre de bien voir ce 1° couvain ouvert prouvant la naissance réussie d’un nouveau « peuple d’abeilles » comme disent les Allemands, sinon le traitement risque de « tuer dans l’œuf » ce démarrage dans la vie…
    Jérôme Sarre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *