Tous les miels ne sont-ils pas bio par définition ?

Question :
Vous faites du miel bio, mais tous les miels ne sont-ils pas bio par définition ?

Non, tous les miels ne sont pas bios. Et si l’on se place d’un point de vue « puriste », le miel totalement bio, ça n’existe plus depuis longtemps ! En revanche, dans notre démarche d’apiculteur, pour nous-mêmes, la nature, les abeilles et les produits de la ruche, nous nous efforçons d’être le plus bio possible et cela depuis plus de 30 ans. Le « développement durable »  avant l’heure, et pour de vrai !
Soit, le miel est un produit naturel, au sens où il n’est pas « fabriqué  » par l’homme. Pourtant, tout au long de la vie du miel, des éléments extérieurs -type pesticides sur les fleurs, traitements chimiques dans la ruche…- peuvent altérer ses qualités naturelles et l’éloigner encore plus de la notion même de produit bio.
En ce qui nous concerne, notre démarche pour produire un miel bio se décline de A à Z, tout au long du processus de production. Cela va du choix des emplacements en zones sauvages ou « bio « , au traitement et nourrissement des ruches (si nécessaire) sans produits chimiques, à des récoltes selon des méthodes « douces  » pour les abeilles, jusqu’à une extraction respectueuse du miel, sans le chauffer. Une démarche d’apiculture contrôlée et vérifiée par un organisme certificateur agréé qui délivre le label Agriculture Biologique (AB).

Pourquoi certains miels sont-ils liquides et d’autres plus solides ?

Le miel est fait à partir du nectar des fleurs ou de miellat qui sont toujours liquides. Au moment de l’extraction du miel des cadres des ruches, tous les miels sont liquides. Une fois extrait, naturellement, le miel va cristalliser plus ou moins rapidement en fonction des sucres des fleurs qui le composent. Ainsi, le miel d’acacia particulièrement plus riche en fructose qu’en glucose, cristallisera beaucoup plus lentement que d’autres miels. Il peut rester liquide un an, voir deux ans après l’extraction. A l’inverse, le miel de tournesol cristallise très vite, c’est-à-dire dans le mois qui suit son extraction.
On peut chauffer le miel pour qu’il reste toujours liquide. Mais alors, un processus de dégradation irréversible se met en route, entraînant la perte de ses qualités gustatives et nutritives au bout de quelques mois ce qui se produit pour beaucoup des miels que l’on trouve dans le commerce. Nous ne les chauffons donc pas.
Toutefois, si vous aimez votre miel plus tendre ou même liquide, vous pouvez placer votre pot au bain-marie, à moins de 50° et quelques minutes seulement , ou près d’une source de chaleur (radiateur ou cheminée) en le tournant de temps en temps, certains le mettent au micro-ondes quelques secondes. Dans tous ces cas, veillez à ne pas le faire chauffer trop fort ni trop longtemps et à le consommer dans le mois qui suit.

Apiculture Bio : Les emplacements des ruches

1. Des emplacements de ruches en zones sauvages ou bio

Chacun de nos emplacements a été contrôlé par l’organisme certificateur pour l’obtention du label Agriculture biologique.
Nos ruchers sont installés dans de vastes zones sauvages, sans traitements chimiques persistants qui s’accumulent dans la terre, comme c’est le cas par exemple à proximité des grandes cultures conventionnelles. Nous évitons ainsi ces cultures traitées, les sites de pollutions industrielles ou chimiques, ou d’enfouissement de déchets, la proximité des autoroutes, etc…
Dans notre région nous avons la chance d’avoir la montagne  et la haute montagne, les plateaux sauvages de garrigues à romarin, et aussi de vastes forêts d’acacias ou de châtaigniers. Pour les miels issus de plantes de culture -type miel de tournesol-, nous choisissons une culture bio de plusieurs dizaines d’hectares située dans de grandes propriétés « d’un seul tenant » dédiées à l’agriculture bio. On place les ruches au milieu de cette zone et au moment de la floraison, afin que les abeilles butinent exclusivement ces fleurs-là.

Quand on ne sélectionne pas ses emplacements en fonction de ces critères, le risque est grand de retrouver dans le miel toute une panoplie de produits chimiques. Ainsi, à titre d’exemple, pour obtenir le label  Agriculture biologique (AB) pour notre miel de tournesol, l’organisme certificateur a recherché jusqu’à 153 produits chimiques dans notre miel… aucun n’a été trouvé.